"Autour de Gabriel Fauré"

A Montfort l'Amaury

 
 

A l'église Notre Dame de la Nativité à Saverne

3519-Saverne

Requiem opus 48 de Gabriel Fauré

Les Chœurs de la Pléiade donneront une représentation du Requiem de Gabriel Fauré. 70 choristes répartis en quatre pupitres interprèteront cette œuvre sous la direction de leur chef Christophe Girard-Reydet, dans sa version orgue. 

Article paru dans Les dernières Nouvelles d'Alsace

DNA-20130522

L'article complet :

Le concert de dimanche à l'église de la Nativité était organisé autour des œuvres de Gabriel Fauré, et en particulier avec l'exécution du Requiem. Sur scène, le choeur de la Pléiade. Il y a des liens anciens entre les Petits chanteurs de Saverne et les chœurs de la Pléiade, qui ont reçu les jeunes Savernois en 2009 lors de leur camp chantant dans la région parisienne.
Pour le président A. Danet, ces échanges sont fructueux et sources d'enrichissement musical. Les membres du chœur d'adulte, comprenant une quarantaine de musiciens, ont été enchantés par l'accueil qui leur a été réservé à Saverne.
Une volonté de pédagogie
La première partie du concert, sous la direction précise de Christophe Girard-Reydet, le chœur a chanté a capella l'« Hymne » de Sibelius et le « Sicut servis » de Palestrina, « Locus site » d'A.Bruckner, « Open thou Mine Eyes » et « A Prayer of Saint-Patrick » de Rutter. Ils ont ensuite chanté « L'Adieu des bergers » de Berlioz et « Tantum ergo » de G. Fauré.
Avant chaque chant, le président explique rapidement ce que disent les textes. Il le fait avec une grande concision et cela permet de mieux entrer dans la compréhension de la musique.
Accompagné à l'orgue par A. Sebillotte, le chœur a interprété la pièce maîtresse de ce concert, le « Requiem en ré mineur, op. 48 » de Gabriel Fauré. L'œuvre donne une impression de douceur et de recueillement serein. La mort y apparaît plus comme une délivrance que comme une épreuve. Dans l'« Introït », les premiers accords attaqués fortissimo passent immédiatement à la nuance piano, donnant l'impression du destin qui frappe inéluctablement.
L'interprétation donnée par les 40 choristes du chœur de la Pléiade est soutenue sans être pesante. Le chef obtient une souplesse musicale et une variété de nuances de grande qualité. Dans le « Pie Jesu », c'est une soprano issue du chœur qui chante en soliste avec beaucoup de sûreté et de justesse. De même dans le « Libera me », c'est un choriste ténor qui chante en soliste.
Quand on sait que tous ces musiciens sont des amateurs, on ne peut qu'être admiratif devant le travail accompli et la beauté musicale qu'ils transmettent au public. Celui-ci, nombreux en cette église Notre-Dame-de-la-Nativité, a chaleureusement applaudi cette excellente interprétation.
Pour finir le concert, les hommes de la manécanterie de Saverne on rejoint le chœur de la Pléiade et ont chanté avec brio l'« Alléluia » du « Messie » de G.F. Haendel.

 

 

King Arthur au Théâtre de SQY avec l'APMSQY en juin 2013